Les Fours à chaux


Comment les édifices antiques, du moyen âge et du siècle dernier étaient réalisés ?

Le ciment actuel n’avait pas été découvert. Néanmoins une pierre naturelle est présente en grande quantité dans toutes nos régions et notamment dans la PACA. Il s’agit de la pierre calcaire. Il y a 2000 ans les romains inventèrent ce système pour édifier solidement les édifices.

Pour obtenir le « principe actif  » de cette pierre il fallait un four à chaux. Pour des raisons de commodité il était creusé sur place à proximité immédiate de la carrière

Four à chaux du Lançon à Sanary (restauré)

Ce four était divisé en deux parties : le foyer et une voûte sur laquelle les pierres à calciner étaient empilées méthodiquement. Très souvent une couche d’argile était étalée sur les parois du four pour qu’il garde bien sa chaleur.

Cet empilement méthodique des pierres de calcaire permettait la circulation de la chaleur entre elles pour un pouvoir calorifique supérieur. La fournaise devait durer trois jours et trois nuits pendant lesquels les ouvriers se relayaient pour garder la température constante du four à 1000 degrés.

Four à chaux du Lançon à Sanary (restauré)

Par ce processus la pierre calcaire se transforme en chaux vive. A la fin de ces trois jours de combustion, on ajoutait à cette chaux vive la moitié de son poids en eau.

Ce choc thermique entraîne l’éclatement des pierres en poudre. Cette poudre est de la chaux éteinte Elle devait être conservée à l’abris de l’humidité et constituait un liant qui aujourd’hui tient encore dans certains édifices vieux de plusieurs siècles.

Four à chaux du Lançon à Sanary (restauré)

En effet de grands monuments, tels le Panthéon, le Colisée, le Pont du Gard et la tour romane de sanary témoignent de la durabilité de la chaux.

Les commentaires sont fermés.