Barthélémy de Don, un corsaire au service du roi

Barthélémy de Don est né le 27 mars 16501 à Saint-Nazaire (Sanary). Il commença comme simple matelot et devint capitaine de navire. Une ascension remarquable pour l’époque. Roger Vallentin Du Cheylard2 nous indique « selon divers documents, Barthélémy de Don dont le nom a été donné à une rue et qui aurait été d’abord un simple matelot aurait été tué en se rendant maître d’un vaisseau ennemi. Il est rangé d’autre part parmi les bienfaiteurs de la ville, comme ayant fondé la chapelle des pénitents blancs3. Les recherches faites à son sujet ont été relativement peu fructueuses ». Barthélémy de Don a également financé en 1695 un service religieux à la Chapelle Sainte-Catherine4.

Roger Vallentin Du Cheylard précise :  « Claire Cabre de Doni, décédée à 50 ans, fut inhumée dans l’église (1710). Elle était née Cabre et sa famille, essentiellement locale, est tombée en quenouille dans la famille Dusseuil. Plus tard (1722), Alexis Las, fils de Jean et de feue Magdeleine Bonifay, de Cassis, épousa « honnête fille » Pélule-Marie-Alexandre de Don, fille de feu André et d’Anne Icard à Sanary. La future signa Dedons. Enfin fut célébré le 11 décembre 1710 un service « des morts » pour le repos de l’âme de Barthélémy de Dom, capitaine d’un vaisseau de guerre, tué dans un combat à l’âge de 60 ans. Nous voilà bien loin d’un simple matelot, mais ce matelot aurait pu devenir officier. Dans tous les cas, il n’est pas qualifié noble et les deux personnes dénommées de Doni et Dedons appartenaient à sa famille. L’orthographe des noms propres était encore mal fixée au XVIIIe siècle. Ainsi Alexis Las et Paule Dedons eurent un fils Pierre-Antoine né le 31 juillet 1724 et qui mourut le 23 janvier suivant. Dans l’acte de baptême la mère est appelée Dedons et dans l’acte de sépulture, Don. L’acte de sépulture d’un autre enfant, Marie-Anne, nous montre Dedons (18 août 1724) ».

J’ai effectué des recherches sur le nom de famille remarqué par Roger Vallentin Du Cheylard dans les actes de notre paroisse : Barthélémy Dedons. Il existe une vieille famille de nobles originaire de la ville d’Arles et d’Istres qui porte ce patronyme5. Mais, je n’ai pu établir aucune filiation avec la famille Dedons6 de Saint-Nazaire (Sanary).

La recherche sur le patronyme Dedons m’a permis de trouver des mentions historiques.

Dans un ouvrage publié en 1932 par Charles de la Roncière7, Barthélémy de Don est cité à plusieurs reprises. Voici un intéressant passage : « c’était un rude corsaire que le capitaine Barthélémy de Dons. Il était signalé, en 1689, sous le pavillon de Monaco, en 1693 sous le pavillon de France, en livrant bataille avec une frégate de 30 canons à un vaisseau anglais de 56 pièces, couplé d’une frégate : quatre fois, il avait tenté de l’enlever à l’abordage. Malheureusement, il avait l’âme d’un tortionnaire : il avait été jusqu’à faire donner à son lieutenant Calvin cinq cent coups de baston […]8 indigne, dès lors, d’arborer le pavillon français, De Dons naviguait sous un pavillon déguisé approchant celui des corsaires de Sallé, peint avec des fers entrelacés en forme de grappins et de croissants. Et pour donner davantage le change, sa frégate, de fabrique turque, était approvisionnée de turbans, bonnets et camisoles à la turque, avec des barbes postiches. A quelles fâcheuses extrémités était réduite la cause de Philippe V pour accepter un pareil auxiliaire ! »

Philippe V9 avait donc donné une lettre de marque au corsaire Barthélémy de Don.

J’ai pu découvrir une instance judiciaire devant la chambre criminelle du parlement de Provence qui opposa le capitaine Barthélémy Dedons à Joseph Gineste en 1699. Il est précisé dans le jugement d’appel que Barthélémy Dedons est capitaine d’un brûlot10 à Toulon.

Barthélémy de Don fut emprisonné11 à la Bastille du 26 mai 1706 au 2 novembre 1707 pour « manquement à la discipline militaire et pour dettes ».

Il est décédé au combat le 11 décembre 1710 lors de la bataille de Villaviciosa12

Olivier Thomas

1 Cette date de naissance a été relevée sur un site de généalogistes. Il est précisé dans plusieurs écrits que Barthélémy de Don est mort à 60 ans en 1710.

2 Notes historiques sur Sanary – 1912

3 Louis Baudoin confirme la fondation de la chapelle par Barthélémy de Don dans son ouvrage Histoire générale de la Seyne-sur-Mer – 1965

4 Cette chapelle était située à côté de la fondation Amélie (Bd Courbet) et elle fut détruite en 1789.

5 Les maintenues de noblesse en Provence, par Belleguise (1667-1669) page 135 : « Le lieu d’Istres est le lieu d’où est sortie cette famille. La charte de l’archevêque d’Arles, du Xe siècle, rapportée par le moine Hardouin, dans son histoire des croisades, porte que Dedons, d’Istres, conduisait 300 chevaliers de nom de la principale noblesse, qui vinrent se ranger sous la croix de l’archevêque ».

6 Un homonyme de la famille noble d’Istres, Barthélémy Dedons, fut procureur au parlement de Provence en 1601.

7 Histoire de la marine française (Volume 6)

8 Une longue liste de supplices qui vont jusqu’à la mutilation des oreilles du lieutenant avec un fer rouge. Le lieutenant Calvin meurt dans d’affreuses souffrances.

9 Philippe V, dit el Animoso en espagnol, c’est-à-dire « le Brave » (Versailles, 19 décembre 1683 – Madrid, 9 juillet 1746), roi des Espagnes et des Indes à la mort de Charles II d’Espagne (1700-1716) puis titré roi d’Espagne et des Indes (1716-1746) à la suite des décrets de Nueva Planta qui modifiaient l’organisation territoriale des royaumes hispaniques en abolissant les royaumes de Castille et d’Aragon. Il abdique brièvement en 1724 pendant six mois, au profit de son fils. Deuxième fils de Louis de France, dit « le Grand Dauphin », et petit-fils du roi Louis XIV, Philippe de France est titré duc d’Anjou. Il succède à son grand-oncle maternel Charles II, dernier roi d’Espagne de la dynastie des Habsbourg, et il devient lui-même roi d’Espagne, premier de la dynastie des Bourbons (sa descendance adopte ensuitea le nom de Bourbon, que portait leur ancêtre Antoine de Bourbon, devenu roi de Navarre en 1555). Son règne, de 45 ans et 2 jours, est le plus long de la monarchie espagnole (Wikipedia).

10 Le brûlot était un navire chargé d’explosifs ou de matériaux inflammables, lancé sur les vaisseaux ennemis pour les incendier.

11 Les lettres de cachet à Paris, étude suivie d’une liste des prisonniers de la Bastille (1659-1789), Funck-Brentano, Frantz, 1862-1947

12 Bataille du 10 décembre 1710 pendant la guerre de Succession d’Espagne.

Les commentaires sont fermés.